On assure que se fut le roi Alfonso X “Le savant” qui a stipulé que dans les maisons castillanes, on ne devait pas boire de vin si l’on ne l’accompagnait pas de quelque chose á manger. Ceci afin d’éviter que le vin ne monte trop vite à la tête.

 
A la base, la tapa se déposait sur le pichet ou sur le verre servi, pour que ca le “couvre” (tapar=couvrir): d’où l’origine du mot. On la servait pour accompagner les boissons et pour éviter qu’un visiteur volant ne rentre dans le precieux liquide.

A cette époque, la tapa consistait en une tranche de jambon ou des rondelles de chorizo ou d’autres charcuteries et, au fur et à mesure, se fut substitué par des morceaux de fromage.
Dans “Don Quichotte” Certvantes appelait les  tapas “llamativos” et Quevedo “aviso” o “avisillo”.

Il y en a qui assure que l’histoire de la tapa est née à la suite de l’histoire suivante:
 
Le Roi Alfonso XIII était en train de faire une visite officielle dans la province de Cadiz et en passant  devant l’Auberge del Chato (auberge qui d’ailleurs existe toujours) il s’est arrêté un moment pour se reposer. Le Roi a demandé un verre de Xeres, mais au moment de servir, un courant d’air est entré dans la pièce, et, pour que le vin ne se remplisse pas du sable de la plage, le serveur a eu la très bonne idée  de déposer une tranche de jambon sur le dessus. Le roi a demandé pourquoi il faisait cela et le serveur, a répondu, en s’excusant que c’était pour que le sable ne rentre pas dans le pichet. L’idée a plu au Roi, il a donc mangé la tapa, bu son vin et a redemandé la même chose. En voyant cela, tous les membres de la Cour qui était là ont fait de même. Comme on peut le constater, c’est plus ou moins la même histoire mais avec des protagonistes différents.
 
L’académie royale Espagnole la définit comme n’importe quelle portion d’aliments solides capable d’accompagner une boisson. Cependant, la tapa a différents nom selon les régions espagnoles où elle se trouve. En Aragón et Navarra, on l’appelle “alifara”, au Pays Basque, “poteo”, etc. La boisson qui accompagne généralement les tapas est le vin, bien que le plus souvent, le choix de la bière  se fait naturellement, on peut facilement la vérifier dans n’importe quel bistrot que vous visiterez.
 
Avec le temps, les tapas se sont énormément diversifiés. Autrefois, elles se résumaient à ce que l’on a dit précédemment alors que maintenant, en plus des olives, devenus typiques et des fruits secs, apparaissent des petites rations de fromage, qui, au bout de quelques unes, peuvent se substituer à un repas. Ce que l’on ne doit jamais faire, c’est considérer la tapa comme les fast-foods américains. C’est plus naturel et sa pratique rime avec amitié et camaraderie.
 

Êtes-vous intéressé par un cours?