Les termes d’Espagne franquiste ou de franquisme désignent de manière informelle le régime politique espagnol fondé par le général Francisco Franco, qui exista entre 1939, date de la fin de la guerre civile espagnole, et 1977, date de la dissolution des institutions franquistes durant le processus de la Transition démocratique espagnole.

Le régime qui prend forme à partir du 1er octobre 1936 n’est pas une idéologie politique en soi mais un ensemble de valeurs conservatrices et nationalistes basées sur l’autoritarisme et établi par les forces victorieuses de la guerre civile, rassemblées autour de la figure patriarcale de Franco.

Les principales caractéristiques de cette dictature évolueront en plusieurs étapes durant les 37 années de régime. Au franquisme triomphant de 1939, qui se nourrit des vertus martiales et des mythes impérialistes, succèdera une étape moraliste et pieuse qui fait du prêtre le héros espagnol par excellence. Puis, les impératifs diplomatiques mettront un terme à l’autarcie économique et inscriront le développement capitaliste à l’ordre du jour. Enfin, après quelques velléités d’ouverture dans les années 1960, les années soixante-dix virent le régime se crisper pour se terminer finalement dans la répression.
Le régime évolue entre 1939 et 1975. Ce régime dictatorial fut d’abord très répressif afin d’asseoir la mise en place du pouvoir. Franco concentre tous les pouvoirs jusqu’à sa mort tout en amenant progressivement l’Espagne vers une politique économique plus libérale.

Le caudillo pratique l’immobilisme politique fondé sur l’arbitrage par lui-même des différents courants d’idées. De l’intérieur, cet immobilisme s’est manifesté dans la famille (on ne pouvait pas divorcer une fois marié), dans l’espace public (interdiction de réunion et de regroupements pour raison d’État) et dans l’économie (le système mis en place ne permettait pas le dépôt de bilan d’une entreprise). La fin du régime franquiste engendra la fin des valeurs qui lui étaient associées et l’exubérance espagnole repris le dessus.

La société espagnole subit une mutation économique favorable en presque 40 ans. L’agriculture se modernise et une société industrielle et urbaine supplante la société rurale du pays. Le développement économique crée ainsi de nouveaux pôles industriels en plus du Pays basque et de la Catalogne : Madrid, Saragosse, Valence. La revendication autonomiste a disparu en devenant plus politique et culturelle. Les systèmes de valeurs ont évolué. Dans ce contexte l’Espagne offre un environnement touristique considérable, Il y a évolution au niveau sociologique et de nouveaux droits éthiques sont légiférés, comme le droit au divorce, à la contraception, à la liberté sexuelle.
L’après-franquisme a encore été marqué par le putsch raté du colonel Tejero le 23 février 1981 aux Cortes.
Dans les années qui suivirent, les gouvernements espagnols ne remettront pas en cause le système économique adopté dans les années soixante qui avaient valu des taux de croissance annuels de 8% mais ils supprimeront les structures et législations archaïques de l’époque franquiste.

Source
 

Êtes-vous intéressé par un cours?