La Reconquista (mot espagnol et portugais, en français Reconquête) correspond à la reconquête des royaumes musulmans de la péninsule Ibérique par les souverains chrétiens. Elle commence en 718 et s’achève le 2 janvier 1492 quand Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille, les « Rois catholiques » (Los Reyes Catolicos), chassent le dernier souverain musulman de la péninsule, Boabdil de Grenade, achevant l’unification de l’essentiel de l’actuelle Espagne — excepté la Navarre, incorporée en 1512.

Après l’invasion musulmane en 711 et la bataille de Guadalete, presque toute la péninsule tombe sous la domination maure en moins de cinq ans. La Reconquête commence en 718 lorsque les musulmans sont défaits à la bataille de Covadonga par Pélage (Pelayo), noble d’origine wisigothe ou asture. De ce fait, seule la frange nord de l’Espagne, correspondant aux actuels Pays basque, Cantabrie, Asturies et Galice, reste sous domination chrétienne, au sein du royaume des Asturies. Mais ce n’est que plusieurs siècles plus tard que les chrétiens envisagent leurs conquêtes comme un effort commun pour restaurer le royaume wisigothique. Après l’effondrement du califat omeyyade de Cordoue au XIe siècle et son émiettement en une multitude de royaumes, les divisions au sein de l’espace musulman deviennent également importantes. De plus, ils ne purent que rarement compter sur un soutien du reste du monde musulman, au contraire des chrétiens à partir de 1064 qui bénéficiaient de réguliers renforts venus notamment de France. Ces derniers parvinrent de ce fait à rétablir au fil de victoires et de reconquêtes leur domination sur la péninsule.

Les chrétiens profitèrent de l’émiettement des forces musulmanes et des rivalités chroniques entre les princes musulmans pour travailler à la Reconquista. Déjà, le roi Ferdinand Ier, après avoir uni en 1037 le Léon et la Galice à la Castille, avait manifesté, par son refus d’annexer la Navarre (1054), sa volonté de concentrer ses efforts contre les infidèles. Par ses offensives heureuses, il avait réduit au rang de tributaires les rois de Séville, Badajoz, Tolède, Saragosse, et élargi ses frontières dans toutes les directions. En 1063, le pape Alexandre II décidait l’octroi d’une indulgence spéciale à quiconque irait lutter contre les musulmans d’Espagne, et les chevaliers de France vinrent en nombre se joindre à leurs pairs d’outre-mont. Ce fut au cours de luttes confuses qui opposèrent chrétiens aux Maures et à Taifa que la Reconquista gagnait du terrain.

L’Andalousie musulmane perd son indépendance à la fin du XIe siècle avec la conquête des Almoravides berbères, venus d’Afrique du Nord, qui donnent un coup d’arrêt à l’avance chrétienne à Sagrajas. C’est aussi la fin d’un âge d’or culturel : les Almoravides, Sahariens austères et rigides, favorisent plus les religieux que les poètes ou les philosophes.

L’affaiblissement du sultanat almoravide entraîne une seconde vague de l’islam berbère, celle des Almohades, qui en 1147 dominent le Maghreb et al-Andalus, après avoir infligé une défaite aux Castillans lors de la bataille d’Alarcos.

Le royaume de Grenade, alors sous la forme de l’émirat de Grenade, avait été reconnu comme le vassal de la Castille depuis 1246 et ainsi devait lui payer un tribut. De temps en temps, éclataient des conflits à cause du refus de payer ; ce qui se terminait par un nouvel équilibre entre l’émirat maure et le royaume catholique. En 1483, Muhammad XII devient émir, dépossédant son propre père, évènement qui déclencha les guerres de Grenade. Un nouvel accord avec la Castille, provoqua une rébellion dans la famille de l’émir et la région de Málaga se sépara de l’émirat. Málaga fut pris par la Castille et ses 15 000 habitants furent faits prisonniers ; ce qui effraya Muhammad.

Ce dernier, pressé par la population affamée et devant la suprématie des rois catholiques qui avaient même de l’artillerie, capitule le 2 janvier 1492 terminant ainsi onze ans d’hostilité pour Grenade et sept siècles de présence du pouvoir islamique en Espagne. La présence des populations musulmanes prit fin en 1609, lorsqu’elles furent totalement expulsées d’Espagne par Philippe III.
 

Êtes-vous intéressé par un cours?